Hydrologie

Hydrologie

L’hydrologie dans Kea.Polaris est décomposée en trois modules distincts afin de répondre à votre usage.

  • Le module réseau permet l’utilisation des techniques traditionnelles proposées dans l’IT77. Il permet de dimensionner le réseau et les bassins de rétentions.
  • Pour aller plus loin et prendre en charge la goutte d’eau au plus près de son point de chute dans le respect d’une gestion intégrée et durable des eaux pluviales, nous proposons le module Hyetos pour concevoir et dimensionner les techniques alternatives isolées ou interconnectées. Il permet également de simuler leur fonctionnement pour des événements extrêmes. Le dimensionnement concerne les ouvrages de rétention, de transfert et d’infiltration (bassins, chaussées et parking réservoir,  puits d’infiltration…).
  • Enfin la gestion des longs linéaires de routes nécessitent entre autres une meilleure connaissance du comportement des bassins versant ruraux. Pour la gestion des eaux le long de ces ouvrages particuliers, nous avons développer le module Hodos.
Les deux modules Hyetos et Hodos ont été mis en place au vu de l’obsolescence de l’instruction technique écrite en 1976 et de l’évolution de la réglementation sur l’eau.

 

Inclusion de l’hydrologie dans le process de conception​

Les outils de l’hydrologie ont été mis en place pour s’inscrire dans un projet global de conception. Kea.Polaris permet la réalisation du dessin de la zone du projet, la mise en place des réseaux, le dimensionnement des ouvrages, la production des plans et la simulation du fonctionnement des ouvrages pour des événements exceptionnels.

Réseau d’eau pluviale

Nous proposons les méthodes de l’IT77 à partir du module dessin et dimensionnement du réseau:

  • par les méthodes rationnelles et superficielles (Caquot) et associées aux équations de Manning-Stricker, les canalisations sont dimensionnées pour accueillir les flux selon les coefficients de Montana souhaités

  • par la méthode des pluies et des volumes, les ouvrages de rétentions sont adaptés.

Au delà de l’IT77​

L’IT77 date d’une époque où les ouvrages étaient dimensionnés à partir d’abaque et où l’informatique ée était aux balbutiements. Les auteurs étaient néanmoins conscients des limites des outils qu’ils proposaient et incitaient à utiliser de meilleurs modèles.

Les années 1980 ont vu arriver un nombre important de modèle d’hydrologie accéléré par le développement des techniques de simulation qui prennent en compte l’ensemble du comportement des ouvrages pendant l’événement pluvieux.

Depuis 2003, certaines organisations incitent les bureaux d’études à passer aux nouvelles méthodes de dimensionnement (la ville et son assainissement 2003 et memento technique 2017) , pendant que d’autres considèrent que la gestion des eaux pluviales et l’affaire de tous les acteurs de l’aménagement (ADOPTA , GRAIE).

Au sein de CDI Technologies, nous considérons que la gestion durable des eaux pluviales n’est pas uniquement l’affaire des spécialistes du dimensionnement mais bien de l’ensemble des acteurs de l’aménagement et que cette problématique doit être prise en compte dès le début du projet.

Les techniques alternatives et ouvrages d’infiltration

Les techniques alternatives consistent à privilégier l’infiltration et le tamponnement de l’eau pluviale ale plutôt que l’acheminer à l’extérieur de la zone du projet. Cela permet d’éviter la concentration des flux provoquant l’engorgement des réseaux existants, des rejets vers le milieu naturel et voir les inondations.

Nous avons fait évoluer la méthode des débits, comme une méthode globale de simulation du fonctionnement des ouvrages d’un réseau d’assainissement. Elle intègre le comportement des bassins versants, des ruissellements en surface libre et dans les canalisations ainsi que des ouvrages de rétention et d’infiltration.

Plusieurs types d’ouvrages sont disponibles, les bassins de rétention, les chaussées et parking réservoir, les puits d’infiltration, les noues et les tranchées drainantes. Pour ces ouvrages les calculs prennent en compte la géométrie 3D de l’ouvrage pour une meilleure restitution de leur comportement.

Bassins communicants

Lorsque les ouvrages de rétention sont reliés, un mode de simulation permet de prendre en compte aussi bien les flux gravitaires que les flux de l’aval vers l’amont. Il est possible de concevoir des ensembles d’ouvrages repartis selon les contraintes de l’environnement du projet.

Bassins versants ruraux

Les projets routiers et ferroviaires sont adjacents à des territoires dont l’hydrologie peut être mal maîtrisée. La saturation des sous-sols en eau peut être la cause d’inondation : le sous-sol ne pouvant pas évacuer les eaux assez rapidement se retrouve saturé et ne peut plus recueillir d’eau supplémentaire qui se termine en ruissellement en surface. Le coefficient de ruissellement utilisé par les modèles classiques sont biaisés parce qu’il n’est en réalité pas constant.

Ouvrages